Inside

Alain Miserez (à gauche) et Maxime Provini (à droite)

Inside

Causerie PARKGEST : Alain Miserez et Maxime Provini, deux élus à la confluence des idées justes (2/2)

La qualité de l’habitat, de l’environnement et de l’urbanisme est constitutive d’un équilibre auquel nous aspirons toutes et tous. Qui dit qualité de l’habitat et de l’urbanisme, dit espace. Or, si ce dernier est bien une modalité de notre bien-être, la densification urbaine, les difficultés d’aménagement intra-muros et les nécessités énergétiques nous conduisent tout droit à la réduction des surfaces privées et publiques. Qu’en pensent Alain Miserez et Maxime Provini ?

PARKGEST. L’aménagement de Genève, ville quatre fois millénaire, est conditionné par ses infrastructures et ses grands équipements structurants. Comment pourrait-on l’améliorer malgré ces limites ?
Maxime. À Genève, de nombreux progrès sont et pourraient être réalisés sur l’existant pour fluidifier la mobilité, libérer de l’espace et apaiser la ville. La voie verte en est un bon exemple. Pour ce qui est du parcage automobile, la Gérance immobilière municipale (GIM), dispose de 4000 places de stationnement dont 1000 ne sont pas utilisées. En trouvant le moyen de les exploiter, nous répondrions facilement à un besoin immédiat.
Alain. Nous pouvons apporter une solution à ces problèmes brûlants si nous unissons nos forces pour définir et réaliser ce dont nous rêvons pour notre ville. Zurich est un modèle en la matière, après avoir abordé ces questions dans les années 70 et les avoir résolues aujourd’hui, avec un périphérique clair, un centre-ville sans voitures, une autoroute à quatre voies, des liaisons ferroviaires toutes les 2 minutes et un parc immobilier de très bonne qualité générale. La ville de Cannes est également un excellent exemple de dynamisme au service de la durabilité et du bien-être, avec une politique multimodale globale et la valorisation de la propulsion électrique.

Comment faire pour désaturer l’espace public de la contrainte automobile ?
Alain. L’espace public doit être rendu aux citoyens, notamment par l’enfouissement des parkings, mais aussi par une piétonnisation intelligente ne venant pas obérer l’activité économique. La création de hubs de livraison avec des tranches horaires, une mobilité douce partagée et une infrastructure favorisant la multimodalité constituent d’indéniables pistes de progrès.
Maxime. L’autopartage (car sharing) est une approche intéressante permettant aux usagers privés et professionnels, de limiter le nombre de véhicules par foyer ou entreprise. Un effort doit également être fait pour encourager les deux-roues, motorisés ou non, avec des installations de parkings plus pratiques et sûres. À ce titre, la sécurité ne doit pas être oubliée et je milite pour la réforme de notre police de proximité, qui devrait selon moi intégrer et renforcer le corps de police genevois. Que ce soit dans nos transports publics ou dans la rue, les usagers doivent se sentir protégés par un dispositif non intrusif, mais visible et dissuasif.